Perturbateurs endocriniens

Mécanisme d’action

L’action d’une hormone dépend de sa fixation sur son récepteur cible. En effet leur complémentarité de forme permet à l’hormone d’activer le récepteur qui va ensuite déclencher une réponse.

A cause de leur structure moléculaire, les perturbateurs endocriniens ont la capacité d’occuper les mêmes récepteurs que les hormones naturelles, par différents mécanismes.  C’est ainsi qu’ils engendrent des « perturbations ».

On distingue trois principaux mécanismes :

  1. Par effet mimétique : La substance imite l’effet de l’hormone naturelle en présentant une structure moléculaire suffisamment similaire pour fixer et stimuler le récepteur correspondant. Le signal alors émis par ce perturbateur induit des effets similaires, en général par activation ou inhibition de transcription de gènes. Cependant ces actions dérèglent le système endocrinien car n’étant pas souhaitées par l’organisme, elles entraînent des effets trop ou pas assez importants et n’interviennent pas toujours au moment opportun. Cette réponse est appelée agoniste, elle repose sur la complémentarité de forme entre l’hormone et son récepteur :

    hormone receptors & pertubateurs

  2. Par inhibition des interactions entre les hormones et leurs récepteurs : La substance se fixe sur le récepteur de l’hormone naturelle mais ne l’active pas. Ainsi il n’entraîne pas de réponse mais empêche le complexe hormone/récepteur naturel de fonctionner car il y a saturation. Le perturbateur endocrinien bloque donc le fonctionnement du récepteur. Ceci affecte les fonctions cellulaires normales liées à l’hormone et par conséquent bloque la transcription des gènes cibles.

Cette réponse est appelée antagoniste et repose aussi sur la complémentarité de forme entre l’hormone et son récepteur.

2

Comparaison effet naturel, agoniste et antagoniste

Cependant la capacité d’activation du récepteur dépend de nombreux autres facteurs :

  • La quantité d’hormones synthétisée et sécrétée par les glandes endocrines.

  • Leur transport jusqu’aux récepteurs et le nombre d’entre elles qui les atteignent.

  • La durée d’activation du récepteur.

Toutes ces étapes sont nécessaires à la signalisation de l’hormone sur son récepteur et à son activation. Donc le perturbateur peut agir sur n’importe laquelle pour entraîner un troisième type de perturbation :

  1. Par altération, il y en a trois différentes, elles entraînent une modification de la concentration d’hormone:

  • Par action sur la synthèse, le transport, le métabolisme et l’excrétion des hormones.

En effet, la substance perturbe le métabolisme intracellulaire des glandes sécrétrices des hormones et l’enchaînement de leurs biosynthèses, ce qui peut empêcher la fabrication d’une hormone ou bien sa diffusion dans le sang et son transport jusqu’à sa cellule cible, ou encore perturber son élimination et sa régulation.

  • Par action sur le développement des récepteurs hormonaux et leurs fonctions. La substance peut activer ou supprimer le développement des récepteurs cellulaires et donc influencer l’activité endocrinienne.

  • Par action sur la fonction de l’hormone. La substance peut modifier le message normalement délivré à la cellule, celle-ci déclenchera une réponse différente de celle normalement induite par l’hormone.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s