Perturbateurs endocriniens

Sur l’environnement

De plus, ces perturbateurs sont présents partout et donc ne concernent pas uniquement les êtres humains c’est l’ensemble de l’écosystème et de la biodiversité qui est impactée par ce phénomène.

La principale cause de contamination aux perturbateurs endocriniens dans notre environnement est les pesticides utilisés dans l’agriculture puis le rejet de différents déchets dans la nature. Cela pose un problème de pollution bien sûr mais aussi de bioaccumulation dans la chaîne alimentaire. En effet, les pesticides des terrains cultivés se répandent par le ruissellement de l’eau et contaminent les êtres vivants à la base de la chaîne alimentaire. Ainsi les derniers maillons de la chaîne (dont l’homme) concentrent des doses pouvant atteindre 10 000 fois celles de départ.

5

Exemple de bioaccumulation de pesticides (dont certains sont des perturbateurs endocriniens) dans l’écosystème marin

Des liens clairs et évidents ont pu être établis entre la présence de ces substances dans les organismes des animaux et leurs altérations. On peut citer ici quelques cas :

  1. Chez les invertébrés, le TBT entraîne la masculinisation des gastéropodes (apparition des organes sexuels mâles chez les femelles).

  2. Chez les oiseaux, le DDT (pesticide) contribue à l’amincissement de la coquille des œufs et l’altération du développement des organes sexuels des rapaces.

    6

À gauche œuf de pèlerin normal et à droite œuf de pèlerin soumis au DDT

  1. Chez les reptiles, des pesticides et insecticides provoquent chez les alligators un micro-pénis et une diminution du taux d’éclosion des œufs.

  2. Chez les amphibiens, les pesticides provoquent chez les grenouilles une forte augmentation des malformations (muscle, membre, cerveau, yeux…).

    7

Exemple de membre supplémentaire chez une grenouille léopard après une exposition aux pesticides

  1. Chez les mammifères, de nombreux cas d’espèces décimées à la suite de polluants déversés mais qui restent difficiles à mettre en évidence. On peut citer un déclin important des phoques de la mer Baltique, de loutre en Grande-Bretagne ou encore de visons aux USA, à chaque fois potentiellement dû à la contamination de l’environnement par des polluants contenant des perturbateurs endocriniens.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s