Perturbateurs endocriniens

Sur l’homme

Nous avons vu que les perturbateurs endocriniens entrainent des modifications dans le métabolisme cellulaire mais cela a également des répercussions sur l’ensemble de l’organisme. De plus, il est important de remarquer que les effets ne sont pas toujours immédiats, parfois les symptômes ou maladies ne se manifestent qu’à l’âge adulte ou même après plusieurs générations.

Les hormones jouant leur rôle le plus important pendant la croissance et le développement, les perturbateurs endocriniens sont donc particulièrement dangereux pour les enfants et pour les embryons des femmes enceintes. C’est pourquoi il faut être particulièrement vigilant dans ces cas là mais ils ne sont pas moins dangereux pour le reste de la population et des êtres vivants car ils exercent une influence à tous les stades de la vie (prénatal, néonatal, adolescence et adulte).

Les préoccupations liées à l’exposition aux perturbateurs, qui sont les plus importantes et les plus documentées, concernent le développement et la reproduction. Cependant les études à ce sujet sont difficiles et encore peu nombreuses, c’est pourquoi les effets des perturbateurs sont complexes à prouver.

Néanmoins certains faits semblent incontestables, notamment le cas d’un médicament, le diéthylstilbestrol (DES), prescrit entre 1950 et 1960 pour éviter l’avortement spontané. En effet, on a pu observer chez les femmes dont la mère avait été traitée au DES pendant la grossesse plusieurs anomalies :

  • Cancer du vagin et de l’utérus

  • Diverses malformations de l’appareil reproducteur : anomalie de différenciation sexuelle par exemple

  • Grossesses anormales : anomalie de l’implantation de l’embryon et de la gestation

  • Modifications de la réponse immunitaire

  • Altération des fonctions de reproductions : baisse de la fertilité (trouble de l’ovulation et dérèglement des cycles menstruels)

Les hommes issus de grossesse sous traitement DES présentaient :

  • Malformations de l’appareil reproducteur : cryptorchidie (malposition des testicules), hypospadias (malposition de l’urètre)

  • Altération des fonctions reproductrices : une baisse de fertilité (baisse de la qualité et de la quantité du sperme)

    1.png

Evolution des anomalies du sperme et de l’appareil reproducteur masculin en Amérique du Nord et en Europe au cours des dernières décennies.

Ce médicament interdit depuis les années 1970 illustre parfaitement les conséquences de l’ensemble des perturbateurs endocriniens que l’on peut élargir de façon plus générale à la liste suivante :

  1. Altération des fonctions de reproductions mâles et femelles

  2. Malformations des appareils reproducteurs mâles et femelles

  3. Troubles de la maturation sexuelle (puberté précoce)

  4. Développement de divers cancers (vagin, utérus, prostate, testicules, sein…)

  5. Mortalité intra-utérine ou retard de croissance chez les femmes enceintes

    2

Incidence des cancers du sein et de la prostate en Norvège (Données sources : Institute of Population – based Cancer Research. Cancer in Norway 2000, Cancer registry of Norway 2002) :

D’autres conséquences non liées à la reproduction ont été observées telles que :

  • l’obésité

  • la perturbation des fonctions thyroïdiennes

  • le métabolisme osseux

  • le diabète : certains perturbateurs ciblent les cellules du pancréas et du foie qui peuvent conduire à une résistance à l’insuline.

  • Troubles neuropsychiatriques : dépression, trouble de l’humeur, de l’apprentissage, de l’attention et du comportement

    3

Effet sur des souris femelles d’un traitement au diéthylstilbestrol (DES)
A gauche souris non-traitée, à droite souris traitée du 1er au 5ème jour après sa naissance avec
0,001mg/kg/jour de DES.

Non seulement cela pose un gros problème de santé publique mais il y aussi des répercussions économiques qui se rajoutent aux problèmes des perturbateurs endocriniens. En effet, cela implique de nombreux coûts pour soigner les maladies et problèmes de santé évoqué précédemment.

4Sommes d’argent dépensées par l’Europe chaque année à cause des perturbateurs endocriniens

Quelques exemples supplémentaires marquant les effets des perturbateurs endocriniens sur l’homme :

  • 1976, Italie, accident de Seveso : le déversement important de dioxines dans l’environnement a entrainé quelques années plus tard une forte augmentation d’hypospadias chez les enfants nés de parents exposés.

  • 2002, Belgique, dans les zones contaminées au PCB (polychlorobiphényl) et aux dioxines les adolescents présentent un net retard de puberté.

  • 1970, la population d’ouvriers travaillant à la fabrication de pesticides (comme le chlordécone) développe des troubles neurologiques et une infertilité.

Même si l’exposition reste à faible dose certains facteurs sont à prendre en compte pour expliquer de tels effets même s’ils restent difficiles à prouver. D’une part l’effet cumulatif, soit l’exposition à plusieurs reprises au même perturbateur, couplé au phénomène de bioaccumulation, c’est-à-dire que les substances sont peu évacuées par l’organisme et se stockent dans certains organes. D’autre part l’effet cocktail, il constitue le fait d’être exposé à plusieurs perturbateurs différents dont on ignore les interactions entre eux.

Aujourd’hui tout le monde est concerné, chez tous les individus testés dans le monde entier on retrouve des traces de perturbateurs endocriniens dans le corps humain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s